Dimanche 3 septembre 2017, avec une météo printanière et sans pluie, 24 RPP ont accompagné MATTHIEU et OLIVIER pour une randonnée de 21 kms au départ de PIHEN-LES-GUÎNES en passant par Hames-boucres. Encore une bonne journée pleine de convivialité malgré l’erreur (de jeunesse dirons-nous) de l’organisation pour les repas rattrapée par « les deux steph » qui nous recevez le midi.

Le nom de Pihen apparaît pour la première fois dans la charte de fondation de l'abbaye d'Andres en 1084, sous la forme Pithem, du germanique pit (puits) + heim (habitation, village), devenu PIHEN par amuissement du T. On écrit -HEN dans le Calaisis et le Boulonnais, -HEM ailleurs. Pihem (près de Wizernes) est le même mot que Pihen, ce qui entraîna de nombreuses erreurs dans l'acheminement du courrier et amena la commune à modifier son nom en Pihen-lès-Guînes en 1923.

À noter « l'étoile itinéraire » que constitue le centre du village où viennent aboutir sept chemins, dont plusieurs remontent au Moyen Âge. La commune est traversée de part en part sur un axe est-ouest par une voie antique que l'on considère comme romaine, branche dérivée, à Guînes, de la Leulène (ou chemin de Leulingue) qui va en droite ligne de Thérouanne à Sangatte. Cette branche dérivée de voie romaine relie Guînes à Wissant qui était un port d'embarquement vers l'Angleterre très fréquenté au Moyen Âge. Ce chemin est une portion de la via Francigena.

En matinée, nous sommes passés, respectivement, par :

  • Le château de la Rocherie
  • Le manoir du Beauregard
  • Un ancien moulin

Avant de continuer avec une vue dégagée sur Calais, le tunnel sous la manche et la gare de Frethun.

L’après midi fut l’occasion d’apercevoir :

  • Le château de la Quennevacherie
  • Le château d'Alenthun

Le tout fut quand même ponctué par de nombreuses pauses afin de déguster des mures que les enfants avaient laissées le long du chemin pendant la reconnaissance Rigolant.